© Maxyme G. Delisle

Maude Favreau

La fée des balcons

Il fallait le faire. Il fallait oser. Mais il fallait surtout réussir. Pari tenu! Maude Favreau redonne la parole à une narratrice enfant. D’autres entre temps s’y sont cassé la plume. Mais la Valentine de Maude Favreau est charmante, arrogante, délinquante et drôle.

Résumé

C’est l’histoire vue à travers les binocles d’hypermétropes d’une enfant qui vit avec sa mère dans les années 80. Une histoire captée par ses mains, son nez, sa bouche, son cœur qui bat à des kilomètres à l’heure. Valentine s’enflamme pour un quotidien transformé au fil de son imagination foisonnante, une imagination qui explique bien des situations étranges. Valentine vit sa vie d’enfant entourée d’adultes, Valentine n’est pas à l’abri des difficultés, Valentine ne ferme les yeux sur rien.

L’auteure

Née en 1976 dans un Plateau qui ne perdait rien pour attendre, Maude devient bilingue français/musique bien avant d’apprendre une nouvelle langue. Pratiquant toutes sortes de disciplines artistiques qui sont autant de détours pour retarder sa venue à l’écriture, elle accepte finalement son destin. Elle ne sera ni chanteuse, ni danseuse, ni peintre, ni une célèbre pianiste de jazz, ni étoile du cinéma des années trente, non, elle écrira et ce sera très bien comme ça.

Prix et distinctions

  • Présélection : Festival du premier roman de Chambéry 2014

Ils ont aimé

« Un premier roman inventif, au style corrosif, avec au premier plan une relation mère-fille dévastatrice. La petite héroïne, Valentine, 10 ans, adore sa maman, qu’elle souhaiterait bien voir “revenir un jour du pays de sa peine”. Mais que peut une enfant contre une mère autodestructrice ? Heureusement, il reste les mots et l’évasion par l’imagination. »

- Danielle Laurin, Le Devoir

« […] Une bulle d’écriture où un monde prend vie, s’allume, nous allume, de l’intérieur. […] Elle est attachante, drôle, débrouillarde, débordante d’imagination. […] un livre où l’auteure se fond dans la peau, dans les mots de cette petite fille évincée de l’enfance. Pas de fausse note. Maude Favreau adopte à s’y méprendre le ton, la manière, les idées, le point de vue, les émotions, la personnalité tout entière de sa petite héroïne-narratrice. »

- Danielle Laurin, Le Devoir

« Après des mois de lecture et de débat, il y a une chose sur laquelle nos acheteurs peuvent s’entendre : vous allez adorer ce livre ! »

- L’équipe d’Indigo

« Dans sa manière de tourner ses phrases, de jouer avec certains mots pour en faire éclater le sens dans une nouvelle dimension, de poétiser situations et états d’âme pour rendre compte d’une réalité plutôt tragique, il y a une petite touche de Marc Favreau, alias Sol (une parenté de la plume droite, à défaut de la fesse gauche, qui sait ?). Sa Valentine est aussi dégourdie que candide par moments, résolument ardente, farouchement attachante. À “l’entendre” se livrer sans fard, on ne peut s’empêcher de penser à Hélène, la “Rose de Limoilou” dans La Petite et le vieux, de Marie-Renée Lavoie. À la “voir” enfourcher son vélo pour faire de l’air et s’évader, on se rappelle un certain Monsieur Émile (Le Matou). Non pas que Maude Favreau emprunte à l’une ou à l’autre. Nenni ! Elle a su développer la petite voix intérieure et très particulière de Valentine, en se fondant dans son corps, son esprit et son regard sur le monde qui l’entoure. […] la promesse d’une auteure qu’on prendra bonheur à suivre dans la suite des choses. - ★★★ 1/2 »

- Valérie Lessard, Le Droit

« Dans les années 80, Valentine, une enfant à l’imagination débordante, vit avec sa mère un peu dépassée par la réalité et observe la vie à travers ses lunettes d’un regard tendre et lucide. Une émouvante histoire qui donne le sourire. »

- Les choix de la rédaction , Le libraire

« […] la lecture est agréable et fluide. La plume de Maude Favreau raconte bellement la vie chaotique, joyeuse ou triste de Valentine. On réalise que ce retour au pays de l’enfance est réussi puisqu’on se reconnaît souvent dans les petits détails que nous révèle la protagoniste au sujet d’elle-même et de sa famille. La Valentine de Maude Favreau, criante de vérité, permet à sa créatrice de s’inscrire dans la liste des auteurs ayant réussi à donner la parole à un narrateur enfant. ★★★★ »

- Jean-François Lebel, Bible urbaine

« […] une acrobate qui n’a pas peur des hauteurs ! […] tout le livre se distingue par son brillant mélange de profondeur, de sensibilité, d’humour et de phrases percutantes. L’histoire de la jeune Valentine est attendrissante. Il m’a été impossible de la quitter avant la dernière page... Ça ne sert à rien de vous en dire plus puisque je n’arriverai jamais à lui rendre justice dans mes mots. Il faut juste lire [le roman] pour découvrir une auteure qui met la barre très haute pour ses collègues ! Une autre petite pépite d’or pour cette maison d’édition. »

- Blogue Jules se livre

« […] je suis sous le charme […]. Vous écrivez vraiment bien et je suis séduite. »

- Jocelyne Lambert, CJSO, 101,7 FM

« Son vocabulaire est très imagé et très joli. Il fait sourire et attendrit par ses descriptions sympathiques. Les chapitres relativement courts de ce roman se lisent rapidement et il est facile de se laisser porter par les mots de Maude Favreau. […] La fée des balcons est un roman émouvant et mignon qui pourra modifier la vision du monde des lecteurs le temps de quelques heures et d’un voile d’enfance. »

- Amélie Lacroix-M., Cité Boomers

« Un roman très réussi rempli d’humour et de poésie. »

- Marie-Hélène Therrien, Autour de l’île

« Du bonbon ! Un roman rafraîchissant à souhait ! Celui que j’étire, qui me fait revenir en arrière pour que Valentine, la narratrice, me redise encore ses dernières “expressions”... J’ai aimé ! Je ne peux pas vraiment en dire plus, car l’histoire est une collection de petits tableaux qui s’enlignent les uns après les autres. Mais la fin m’a attristé pour Valentine. Petite fille très attachante ! »

- Blogue La maison de Milly

« L’incompréhension de la fillette face au monde adulte est bien palpable et procure sincérité et nuance à l’univers qui est décrit. Les images inventées par Valentine pour s’expliquer la peine de sa mère et pour décrire la distance irréconciliable de sa propre vision avec le reste du monde ajoutent légèreté et fraîcheur à un tableau qui serait bien sombre si la mère en était le point central. De plus, l’écriture accorde de l’importance à nuancer les traits caractéristiques des personnages mis en place. Comme si la justesse de la voix d’une fillette permettait de voir le monde autrement qu’en noir et blanc. »

- Maud Lemieux, La Recrue du mois

« […] c’est un roman qui nous fait sourire, réfléchir ou même pleurer. À lire quoi ! »

- Claire Tétreault, Le Courrier de l’Île
Roman - 240 pages - 19,95$

En librairie le 13 mars 2013

ISBN PAPIER : 978-2-89711-025-3
ISBN EPUB : 978-2-89711-026-0
ISBN PDF : 978-2-89711-027-7