Tout
Livres
Auteurs
Actualités
Recherche Annuler Annuler Recherche Druide
Druide

Virginie Francoeur

Jelly bean

Portrait d’une génération en mal de repères, Jelly bean offre une prose authentique et dénuée d’inhibitions. Un texte où se côtoient obsession de la beauté et modèles féminins variés, dans un dialogue marqué tantôt par la démesure, tantôt par la magnificence. Grâce à une langue crue qui invite le lecteur dans une proximité où les sensations sont exacerbées, Virginie Francoeur propose ici un premier roman explosif.

Résumé

Ophélie, enfant unique, a reçu une solide éducation catholique dans un pensionnat pour filles. Lorsqu’elle fait la rencontre de Sandra, danseuse nue en manque de tendresse, elle en perd rapidement son innocence. Sandra devient la grande soeur qu’elle n’a jamais eue, entraînant Ophélie dans les milieux glauques de Montréal. Djamila, fille d’immigrés algériens, élevée dans la tradition musulmane, les fascinera. Inséparables, les trois filles plongent sans retenue dans des aventures qui défient le quotidien pour réinventer le sens profond de leur réalité. À travers amours et trahisons, voici le destin de trois BFF qui verront leurs dérives les rattraper jusqu’au jour où tout bascule.

L’auteure

Virginie Francoeur partage son temps entre ses trois passions : la recherche scientifique, l’enseignement et l’écriture. Doctorante et chargée de cours en management à l’Université Laval, elle défend avec ferveur l’importance des arts dans le milieu de la gestion. Parallèlement à sa thèse, qui porte sur les comportements écologiques en milieu de travail, elle a publié deux recueils de poésie (Encres de Chine et Inde mémoire) et un essai (Leadership machiavélique). Jelly bean est son premier roman.

Roman
184 pages
Collection : Écarts
Dimensions : 13 x 22 cm
Paru le 5 septembre 2018
Papier
ISBN 978-2-89711-444-2
19,95$
Numérique - EPUB
ISBN 978-2-89711-445-9
13,99$
Numérique - PDF
ISBN 978-2-89711-446-6
13,99$

Ils ont aimé

« L’auteure propose un premier roman d’une grande puissance, au souffle implacable et à la langue crue. »

- Alexandra Mignault & Josée-Anne Paradis , Les Libraires

« Ces jeunes femmes victimes d’un mal-être, d’un isolement si oppressant qu’elles doivent l’anesthésier de toutes les manières possibles nous captivent dès les premières pages, nous entrainant dans leur monde déjanté à un rythme qui ne faiblit jamais, qu’on ressent grâce à l’écriture rythmée, syncopée de l’auteure. À la fois tonique et triste, dur et tendre, ce premier roman très cru est véritablement explosif!  »

- Chrystine Brouillet, Salut Bonjour Weekend

« Premier roman fort réussi d'une jeune écrivaine intelligente, observant ses semblables avec un brin d'amertume ironique. Utilisant un style acerbe et corrosif, des termes crus, pour intensifier des propos langagiers percutants, souvent à hauteur de la désespérance de Sandra, pour fouailler la perversité de Djamila, dénoncer la crédulité lucide d'Ophélie. Roman qui, témoignant de la vie de trois femmes à la recherche d'elles-mêmes, superbement dépeintes par Virginie Francoeur, se lit une première fois avec le sourire aux lèvres, nécessitant de s'y pencher à nouveau, le sourire en moins. Ce qu'on a fait sans hésiter pour savourer la " substantifique moelle " de ce récit atypique. Reconnaissant le talent d'une écrivaine surprenante, elle-même marginale, tant son parcours littéraire, déjà, impressionne. ★★★½ »

- Dominique Blondeau, Ma page littéraire

« Je vous recommande la lecture de ce roman qui est incroyablement poignant, désarmant, déstabilisant mais surtout, qui transpire d’amour. D’amour sans tabou. Sans préjugé. Un amour universel. ★★★★★ »

- Mélanie Bergeron, Fille en quarantaine

« Un premier roman qui va marquer la rentrée littéraire, c’est certain, et un nom d’auteure à retenir Virginie Francoeur. […] C’est un roman écrit dans une langue crue, avec un débit tranché au couteau. Cette histoire est puissante, reluisante de la société des jeunes adultes dans le monde de la drogue, du sexe et du plaisir, mais quel plaisir et à quel prix ? Nous avons une jeune auteure dynamique qui n’a pas peur de la force des mots et de bien les utiliser. »

- Martine Lévesque, Les mille et une pages de LM

« Virginie Francoeur ne laissera personne indifférent avec Jelly bean. […] Un humour vitriolique, un sens de la description exceptionnel… […] Un roman dur, terrible de dépossession et d’aliénation, d’exploitation et de rêves impossibles. Personne ne sort indemne d’une pareille aventure. […] Que dire de plus ! Virginie Francoeur démontre tout son talent en nous entraînant dans un univers glauque qui ne peut laisser indifférent. Une véritable douche froide. »

- Yvon Paré, Littérature du Québec

« Passage obligé et désir de coupure entre le connu, le cossu et les bonnes fondations de parents intellos et cette grande faim d’interdits, cette soif de savoir ce qu’on vaut de l’autre bord. Ophélie, aurait mérité cette phrase qu’on m’a déjà offerte : “elle a les yeux couleur de grands besoins”. […] Vous le savez, je ne ferai pas ici un résumé du livre. Vous pouvez trouver ça en ligne. Je dis lisez Jelly Bean. Ça change. C’est bon. C’est réellement très bon. Spoiler ; ça finit comme quand tu down d’un 3 jours sans dormir. C’est conséquent, sensible, ça se dévore à vitesse grand V. Gros gros coup de cœur, ça fesse la grande rentrée avec Jelly Bean!  »

- Inside & somewhere else