Tout
Livres
Auteurs
Actualités
Recherche Annuler Annuler Recherche Druide
Druide
© Martine Doyon

Pierre Cayouette

Les amoureux du Jour 2

Plus de dix ans après la parution de son premier roman (Les jambes de Steffi Graf, 2007), Pierre Cayouette revient en force avec un roman tout en contrastes, oscillant habilement entre l’exaltation de la jeunesse et les thématiques plus sombres telles que la maladie et l’avortement. Un roman qui nous transporte à l’époque du référendum, vécue de l’intérieur par un jeune homme aux grandes aspirations.

Résumé

Mai 1980. L’effervescence du premier référendum, Christian la ressent, dans tous les pores de sa peau. Enfant de la banlieue et de la Révolution tranquille, le jeune militant a des rêves de grandeur et hume déjà le parfum de la victoire. À travers la banalité d’un quotidien partagé entre Geneviève, son amoureuse, et Jean, un professeur à la retraite, il s’imprègne de la poésie de Miron et des discours porteurs de René Lévesque. Rempli de la ferveur de ses dix-huit ans, il rencontre la défaite et la mort et découvre aussi l’espoir des amitiés improbables.

L’auteur

© Martine Doyon

Pierre Cayouette est à la fois journaliste, écrivain, biographe et éditeur. Sa plume est reconnue pour sa justesse, son élégance et sa précision. Il a notamment signé les récits biographiques du footballeur Laurent-Duvernay-Tardif (« l’homme le plus intéressant de la NFL »), du commandant Robert Piché et de Claude Legault (Improvisations libres). Son premier roman, Les jambes de Steffi Graf, lui a valu d’être finaliste au prix France-Québec.

Roman
136 pages
Collection : Écarts
Dimensions : 13 x 22 cm
Paru le 19 septembre 2018
Papier
ISBN 978-2-89711-447-3
17,95$
Numérique - EPUB
ISBN 978-2-89711-448-0
12,99$
Numérique - PDF
ISBN 978-2-89711-449-7
12,99$

Ils ont aimé

« L’auteur dresse le portrait d’une génération, avec une écriture stylisée qui va droit au but. »

- Claudia Larochelle, L’actualité

« La plume de Pierre Cayouette est un bijou en soi, un beau roman à déguster qui nous rappelle une belle époque d’effervescence le début des années 80. Les thèmes abordés sont assez contrastants, mais reflètent bien la réalité des événements de la vie. »

- Martine Lévesque, Les mille et une pages de LM

« Le nouveau livre du journaliste et éditeur Pierre Cayouette brosse un portrait doux-amer des enfants de la génération X. [...] À travers les déboires du narrateur, la douce plume de Cayouette dresse la chronique d’une jeunesse épuisée avant même d’avoir 20 ans, parce qu’elle a été amputée de ses rêves et de ses idéaux. ★★★½ »

- Luc Boulanger, La Presse

« Le roman pose à la fois un regard beau et triste sur l’amour. […] J’ai été très touché par la fin du roman – sans spoiler, ne vous inquiétez pas (ou divulgâcheur comme dirait les apôtres de l’Office québécois de la langue française). Étant un mélomane moi-même, j’ai aimé que la musique ait un rôle salvateur pour le développement de notre personnage. C’est un bon roman, bien écrit, dans un français très accessible, mais tout de même un moindrement soutenu, avec quelques jeux dans les niveaux de langage par-ci par-là. Pour quiconque ne s’intéresse pas tellement à la politique, n’ayez crainte, elle n’est qu’un contexte social dans l’histoire, il s’agit plus ici d’un roman dans le genre coming-of-age. »

- Marc-Antoine Auger, Impact Campus

« [Pierre Cayouette] renoue de belle façon avec l’écriture de fiction en amalgamant astucieusement l’intime et le politique. »

- Elle Québec

« Des séquences brossées avec une délicatesse désarmante, comme s'il était permis d'espérer l'impossible. Auréolé de sa jeunesse bouillonnante, Christian défie la banalité quotidienne en compagnie de son amoureuse, Geneviève, dépeinte d'une manière intense, toujours caressée d'une écriture en dentelle, à peine effleurée par la plume talentueuse de l'écrivain. […] Une part d'ombre et de lumière sillonne ces pages imprégnées d'une saveur poétique à mesure que Christian prend la main du lecteur pour mieux le diriger vers ce qui en vaut la peine. Si la toile de fond s'agite autour du premier référendum, elle n'embrouille jamais la démarche des protagonistes qui vont et viennent, chacun et chacune ne pouvant rien contre les aléas qui influencent leurs actions. […] C'est un roman courageux, nécessaire, que nous offre l'écrivain, porté par le discours de René Lévesque, par la poésie d'Anne Hébert, de Gaston Miron. Et la tendresse, nichée au cœur d'une écriture exécutant ses arpèges, nous convainc que cette vertu, de plus en plus rare et recherchée, existe encore. ★★★½  »

- Dominique Blondeau, Ma page littéraire

« Pierre Cayouette sait mettre en lumière les liens puissants, parce qu’inusités, unissant des êtres n’ayant en apparence pas grand-chose en commun. »

- Dominic Tardif, Le Devoir

« Pierre Cayouette mêle très bien l’intime et le politique.  »

- Chrystine Brouillet, Salut Bonjour Weekend