Tout
Livres
Auteurs
Actualités
Recherche Annuler Annuler Recherche Druide
Druide
© Julie Perreault

Patrick Drolet

Pour une dernière fois, je m’abaisserai dans tes recoins

Ce roman aurait tout aussi bien pu s’intituler La pleutrerie de l’oubli. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : la peur d’oublier, la peur d’avoir peur d’oublier. La mémoire des objets et des êtres humains est un terrain fertile qu’il nous faut sans cesse prospecter. Un roman d’une forte et sévère poésie, pour le lecteur qui risquera de s’y aventurer.

Résumé

Pour se fabriquer, il faut avoir un passé, un port d’attache qui résonne. Il faut avoir une mémoire qu’on traine de jour en jour. Ce qu’on oublie, elle ne l’a pas oublié. On croyait que la fuite nous détacherait d’elle, hélas non. Il faut attendre son prochain déplacement seul, pour la suivre. Mais ses directions sont aléatoires. Elle veut peut-être quitter notre existence en s’amusant. Si elle nous abandonne, sur qui donc pourrons-nous compter pour nous redresser?

L’auteur

© Julie Perreault

Patrick Drolet est comédien et auteur. Depuis douze ans, il a participé à plusieurs productions et lectures aussi bien comme acteur que comme auteur. En 2008, il a publié Un souvenir ainsi qu’un corps solide ont plusieurs tons de noirceur et en 2009, le roman J’ai eu peur d’un quartier autrefois. À titre de comédien, il a joué dans une douzaine de longs métrages et fait plusieurs apparitions au petit écran.

Roman
128 pages
Collection : Écarts
Dimensions : 13 x 22 cm
Paru le 2 octobre 2013
Papier
ISBN 978-2-89711-052-9
17,95$
Numérique - EPUB
ISBN 978-2-89711-053-6
12,99$
Numérique - PDF
ISBN 978-2-89711-054-3
12,99$

Ils ont aimé

« Je l’attendais impatiemment, ce livre-là […] Une fois qu’on a trouvé le bon rythme de lecture, on réalise qu’on est devant une œuvre singulière, très, très forte. J’ai finalement beaucoup aimé. »

- Tristan Malavoy-Racine, Voir, Télé-Québec

« Dans ce théâtre existentiel, où se joue la tragédie de la conscience et de l’être, Patrick Drolet met dans la bouche de ses personnages des répliques où l’on entend de distants échos de Beckett. Intrigant et fascinant. »

- Stanley Péan, Le Libraire

« Le deuxième roman du comédien Patrick Drolet, Pour une dernière fois, je m’abaisserai dans tes recoins, relève du substantiel exercice de réflexion sur l’oubli. Un questionnement dense et exigeant. […] Patrick Drolet ne prétend pas apporter des réponses. Il nous laisse plutôt nous dépêtrer avec nos propres mémoires et questions. Et un brin étourdis par son roman à la fois poétique et sévère, foisonnant et confrontant. »

- Valérie Lessard, Le Droit

« Drolet présente la mémoire comme une entité en soi, comme étant autre que le rassemblement de nos souvenirs, c’est d’ailleurs ce qui rend le récit si intéressant, à la limite de l’angoisse. Le personnage principal est fort, captivant et tellement déjanté qu’on aurait envie de lui enfiler une camisole de force ou de le consoler de son désarroi d’une profondeur inouï. […] Œuvre parsemée de références religieuses et à l’image du chemin de croix du Christ, le deuxième roman de Drolet est définitivement intelligent et surprenant.  »

- Marie Josée Turgeon, Sympatico.ca

« L’écriture de Drolet est plutôt poétique, et ça me plait. Tellement qu’il est difficile de choisir un extrait assez court, qui hors de son contexte ne rendrait pas justice à la beauté de son écriture. Elle est remplie d’une musicalité et une trame sonore prend vie parmi les lettres. Nous y rencontrons Rachmaninov et Bach, qui accompagnent cet homme en bataille tout au long de son périple. Pendant que vos yeux parcourent ces mots alignés, écoutez-les. Ils vous dicteront le rythme et vous lirez ce bouquin d’un seul trait, jusqu’au dernier mot, jusqu’à la dernière note…  »

- Les Méconnus