Tout
Livres
Auteurs
Actualités
Recherche Annuler Annuler Recherche Druide
Druide
© Anaïe Gouffé

Martine Latulippe

Les faits divers n’existent pas

Voici un «recueil de nouvelles» au sens noble du mot «recueil» : fine architecture, trajectoire cohérente, aucun collage gratuit... un véritable «livre» de nouvelles, comme il en existe trop peu! Le lecteur y circulera de surprise en surprise tout en demeurant fidèle à la route que l’auteure lui a aménagée : une étonnante constellation de faits divers...

Résumé

Le recueil Les faits divers n’existent pas présente tous ces petits drames du quotidien qui font basculer une existence : déceptions, trahisons, attentes trompées. Derrière chacun des faits divers qui remplissent les pages de nos journaux, il y a des gens qui ont perdu un être cher, qui ont vu leur vie paisible basculer. Pour eux, l’évènement vécu est bien plus qu’un simple fait divers. C’est ce que racontent ces nouvelles noires. Bien noires.

L’auteure

© Anaïe Gouffé

Martine Latulippe a fait ses premiers pas en littérature précisément par la nouvelle. Elle se consacre ensuite assidument à la littérature jeunesse, publiant 40 romans, souvent primés, au cours des 15 dernières années. Grande amatrice de littérature policière, elle a assumé la direction littéraire de la revue Alibis, lieu de rencontre des auteurs de polars et de leurs lecteurs, et y a publié de nombreuses critiques. Elle a lancé, en septembre 2013, un recueil de nouvelles au titre évocateur, Les faits divers n’existent pas. Ces nouvelles noires se dégustent avec gourmandise, chacune servie dans son ambiance envoûtante où des humains bien ordinaires sont entraînés dans des péripéties qui le sont beaucoup moins.

Nouvelles
144 pages
Collection : Écarts
Dimensions : 13 x 22 cm
Paru le 4 septembre 2013
Papier
ISBN 978-2-89711-061-1
17,95$
Numérique - EPUB
ISBN 978-2-89711-062-8
12,99$
Numérique - PDF
ISBN 978-2-89711-063-5
12,99$

Ils ont aimé

« Textes courts et denses, ambiances fortes, personnages crédibles, fins punchées, inattendues… les nouvelles de Martine Latulippe sont de vraies boîtes à surprises : on tourne la manivelle en sachant bien qu’il va se passer quelque chose… mais quand ça survient, on est toujours surpris!  »

- Marie-France Bornais, Journal de Montréal

« Très habile, cette auteure, pour explorer les motivations de ses personnages, même en deux coups de cuillère à pot. Très inspirée, aussi, quand vient le temps de camper des lieux, le plus souvent glauques, et pour créer des atmosphères.  »

- Danielle Laurin, Le Devoir

« Qu’elle dévoile les réflexions de ceux qui survivent aux tragédies, les motivations d’un assassin ou le point de vue d’une victime, la nouvelliste excelle dans l’exercice périlleux de dire beaucoup avec le moins de mots possible, de cerner précisément les détails les plus éloquents. Outre ce remarquable sens de la litote, de la concision, ces nouvelles impressionnent par le style efficace et maîtrisé de l’auteure, qui sait en plus nous ménager des chutes bouleversantes. […] récits brefs et punchés, noirs et chatoyants comme des éclats d’anthracite.  »

- Stanley Péan, Le Libraire

« Viscéral, parfois violent, souvent paranoïaque (mais est-on jamais trop paranoïaque?), ce recueil de nouvelles véritablement pour adultes de la populaire auteure jeunesse Martine Latulippe ne manque pas de punch. […] la plupart des faits divers du titre nous entraînent du côté sombre de l’humain, tout en leur donnant, justement, une humanité. […] Martine Latulippe vient aussi puiser brillamment dans nos peurs urbaines, et cette série de dangers qui nous guettent agression au domicile, attaque dans la rue devient la trame angoissante d’un livre à l’écriture directe et incisive qui réserve de nombreuses surprises et peut, oui, donner des cauchemars.★★★½  »

- Josée Lapointe, La Presse

« J’ai beaucoup aimé ces petites histoires aux fins surprenantes et angoissantes. Un bon livre à lire sous la couette… tout en restant aux aguets!  »

- Shannon Desbiens, Le Libraire

« Comme le vitrier, Martine Latulippe a soudé des menus morceaux de nos vies pour monter une verrière qui reflète la grisaille de l’existence. Avec une écriture qui ressemble à un coupe-verre, elle a taillé des phrases sans bavures. Plume tranchante qui ajuste le matériau à l’effet recherché. Phrases courtes, dépouillées, voire cliniques pour ne pas dire sèches afin de s’assurer de la justesse de la démonstration. Bref, c’est un parangon pour les élèves du secondaire qui ont la nouvelle à l’étude, d’autant plus que l’auteure a évité le discours métaphysique. »

- Critiqueslibres.com

« « […] un recueil de nouvelles parfait pour la saison sombre. […] les procédés dont se sert Latulippe sont particulièrement efficaces. […] L’auteure met en lumière nos idées préconçues avec précision et nous déstabilise sans cesse. Effectivement, Les faits divers n’existent pas se dévore […] Martine Latulippe se confirme maître du genre autant par la forme de ses textes que par le travail des thèmes. Ce style de nouvelles noires nous apparaît comme un excellent choix pour intéresser à ce genre littéraire des jeunes qui ne jurent que par les romans de Patrick Sénécal. ★★★½ »

- Jean-François Lebel, Bible urbaine

« Le recueil de Martine Latulippe est une réussite totale.  »

- Christine Champagne, La Recrue du mois

« L'auteure a peut-être l'air d'un ange sur sa photo, mais méfiez-vous de sa plume car elle n'a rien de féérique! Si je ne suis pas une bonne lectrice de nouvelles parce que trop souvent j'ai l'impression de regarder l'eau couler sous un pont, Les faits divers n'existent pas est venu bouleverser mes croyances!!! Pratiquement chaque nouvelle est époustouflante. Après avoir lu Martine Latulippe, vous craindrez le noir, les inconnus, les histoires sans lendemain et quelques rues de la ville de Québec! Honnêtement, je n'ai pas pu enchaîner les nouvelles car l'auteure est venue me torturer l'esprit à chaque histoire. Elle m'a confrontée en mettant noir sur blanc quelques craintes bien présentes en moi... Qui n'a jamais pensé être attaqué sur une rue déserte le soir? Qui n'a jamais pensé trouver un voleur chez soi en rentrant du boulot? Ce ne sont pas les seuls sujets abordés. On y parle aussi d'amour, de maladie, de mort ou encore de naïveté. C'est un recueil de nouvelles perturbant, dérangeant, dans la catégorie des textes qui laissent leur trace en vous pour quelques temps, le temps que la peur fasse son chemin... »

- blogue Jules se livre

« […] on a savouré ces courts textes avec enchantement ; ils nous ont fascinée. Martine Latulippe pratique avec intelligence et un talent consommé l'art de la nouvelle, telle qu'on la conçoit. Brièveté de la phrase. Précision du vocable. L'effet est saisissant de vérisme, criant d'une lucidité noire, quelques nuances grises adoucissant la condition inexorable d'êtres rudoyés par des aléas inconsidérés.  »

- Dominique Blondeau, Ma page littéraire

« […] ce charmant bouquin aussi beau à regarder qu’à lire (la sublime photographie qui orne la première de couverture imprègne carrément l’esprit de l’œuvre) regroupe à lui seul la finisse et la cohérence de l’art de la construction d’une nouvelle littéraire. Chaque nouvelle est un tout, parfaitement ficelé. À leurs tours, elles nous transportent dans un monde nouveau. […] Exquis par moments, saisissant par d’autres, son fil conducteur alléchant nous mène sans peine d’un fait divers à l’autre, d’une histoire échappée qu’on aurait lue du coin de l’œil sans trop s’y attarder…  »

- Émilie Fontaine, Les Méconnus

« À petites touches, avec une plume magnifique, Martine Latulippe nous fait pénétrer dans l’intimité de ces inconnus si proches. Mais pas de façon voyeuriste et spectaculaire, non : avec de la tendresse et de la compassion pour toutes ces vies happées par le drame, la mort et les coups du sort. »

- Alibis

« Un excellent recueil de nouvelles noires. […] L’auteure maîtrise très bien le genre bref: écriture efficace, narration variée et chutes très réussies. Le lecteur pénètre l’âme des victimes mais aussi la tête et le cœur de ceux qui restent. Les thèmes très noirs, les décors sombres, inquiétants et les personnages étranges nous habitent tout au long de la lecture. »

- Anne-Marie Aubin, Journalmobile.com

« Dur d’imaginer que l’auteure écrit habituellement pour les jeunes tant ce premier recueil évoque la cruauté (bien sadique) du sort. Dans une écriture joliment cinglante et implacable, ses brèves nouvelles dévoilent des personnages désespérés qui, pour avoir osé rêver, sont amèrement punis en voyant leurs espoirs réduits en cendres. “Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants” ? Très peu pour Martine Latulippe!  »

- Lisanne Rheault-Blanc, Nightlife.ca

« […] Ces nouvelles noires, parfois très très noires, se dégustent avec gourmandise, les unes après les autres ou mieux encore, en véritable gourmet, comme un cocktail dinatoire, laissant notre esprit de lecteur savourer chacune d’elles avec délectation. […] Conquis par les récits, charmé par le style incisif mais tout en nuances de Martine Latulippe, moi, j’en redemande ! »

- Richard Migneaul, blogue Polar, noir et blanc

« Elle possède une capacité impressionnante pour traduire des émotions, des situations, des lieux et des intrigues avec si peu de mots. Un style littéraire qui se démarque et qu'il faut souligner, au-delà d'un simple fait divers!  »

- Pauselecture.net

« Je trouve que c'est un tour force incroyable de nous attacher à l'histoire et aux personnages en si peu de pages. Si j`étais prof de littérature je l'utiliserais certainement pour mes cours.  »

- Diane Perron, Librairie Harvey